Les nouvelles de l'archéologie n°122 décembre 2010

Rédigé par Archeolithe Aucun commentaire
Classé dans : Mots clés : aucun

Dossier: La médiation en archéologie

Le rôle des associations dans la médiation en archéologie

Christophe Sence

Le milieu associatif est connu en France pour son dynamisme et sa réactivité. Il en va de même en archéologie, notamment dans le domaine de la médiation. Si le public ignore bien souvent qu’une association se cache derrière le lieu qu’il vient de visiter, nombreux sont les sites archéologiques, toutes périodes confondues, dont la mise en valeur est entièrement assumée par une telle structure. Dans ce cadre, tout est envisageable, de la simple ouverture pendant les Journées européennes du patrimoine jusqu’à l’organisation permanente de visites et d’animations pour le public et les groupes scolaires, en passant par l’exploitation saisonnière, généralement estivale, à destination de touristes. Dans la plupart des cas, le site archéologique est entretenu par une équipe de bénévoles passionnés, habités par l’envie de faire partager leur amour du lieu et de son histoire. Certaines associations n’hésitent pas, à côté des sites qu’elles protègent, gèrent et mettent en valeur, à proposer des reconstitutions grandeur nature supposées venir compléter ou recréer ce qui a disparu. C’est ainsi que de nombreux parcs archéologiques ont vu le jour en France et en Europe. La présence d’un site authentique à proximité est un argument supplémentaire pour attirer le public. Mais la reconstitution ex nihilo est également possible et dépend du projet initial. Il est par exemple tout à fait envisageable de recréer de toutes pièces un village à une époque donnée, en s’appuyant sur les informations apportées par l’histoire et l’archéologie. Ainsi, peut-on voir dans nos campagnes ici un village néolithique, là un village gaulois ou mérovingien, ailleurs une motte castrale… Malheureusement, la compétence des médiateurs qui y officient est souvent inégale, la qualité des projets et les contraintes financières condamnant trop fréquemment les associations à « bricoler » sans moyens mais toujours avec ardeur et conviction. Quoi qu’il en soit, ces reconstitutions remplissent un rôle fondamental : inciter les curieux à approfondir le sujet, à se renseigner, en un mot à se cultiver !

Référence électronique :
Christophe Sence, « Le rôle des associations dans la médiation en archéologie », Les nouvelles de l'archéologie 122 [En ligne] décembre 2010

Les commentaires sont fermés.

Fil RSS des commentaires de cet article